signature

Recherche sur AndreGounelle.fr :

Loading


Accueil > Bible >

Marthe et Marie
Luc 10, v. 38 à 42

 

Cette histoire de Marthe et Marie, à première vue toute simple, est en réalité assez énigmatique. Que veut-elle dire ? Quel message a voulu nous faire entendre Luc - les autres évangiles l’ignorent - en la racontant ? Que signifient l'attitude et les paroles de Jésus ? 

À cette question, au cours de l’histoire du christianisme, on a donné trois réponses différentes dont aucune, je dois le dire, ne me convainc vraiment. Aussi, après les avoir exposées, je me permettrai de donner la mienne. Bien sûr, vous pouvez parfaitement avoir un avis différent du mien. Je ne prétends pas imposer ma manière personnelle de comprendre ce texte, j’entends seulement la proposer. Je ne veux pas tomber dans ce travers fréquent qui confond des opinions, même réfléchies, fondées et argumentées, avec la vérité.

1

Une première explication de notre texte prédomine au Moyen Âge et à l'époque classique ; on la rencontre encore souvent aujourd'hui.

Elle voit dans ce récit l'affirmation de la supériorité et de la priorité du spirituel sur le matériel. Par matériel, il faut entendre ce qui est nécessaire à la vie physique, affective, intellectuelle et sociale, ce qu'il nous faut faire chaque jour pour assurer notre existence, celle des nôtres et pour exercer nos diverses responsabilités. À l'exemple de Marthe « absorbée par les nombreux soucis du service », dit le texte, nous avons tous de multiples occupations familiales, professionnelles, associatives, télévisuelles et informatiques qui tendent à accaparer notre attention et nos forces, à envahir nos journées et nos années. Elles ne laissent, en fin de compte, que très peu de place pour le religieux qui doit se contenter de la portion congrue. Marthe agit comme la plupart d'entre nous : elle accomplit d'abord les tâches qui lui incombent, elle se consacre avant tout à ce qu'elle doit faire. Ensuite, quand elle aura terminé, s'il elle a encore un moment, elle prendra quelques minutes pour l'écoute de la parole et la prière. À l'inverse, chez Marie, le spirituel prend la première place ; il passe avant tout le reste. D'abord, elle écoute le Christ, et, après cela, elle se mettra à ses travaux quotidiens. Jésus l'en approuve.

Luc, selon cette première interprétation, rapporte cette anecdote pour nous inviter à donner nous aussi la priorité à ce qui relève de la foi. Au Moyen Âge, beaucoup d'auteurs en concluent à la supériorité de la vie dans les monastères sur celle dans le monde. Marie, qui contemple et à écoute le Christ, symboliserait, selon eux, le moine ou la moniale dans son couvent, tandis que Marthe représenterait les laïcs, les séculiers, que leurs tracas et leurs travaux éloignent de l'Unique nécessaire. La bonne part serait donc la vie monastique. Cette explication n'a guère plu à Calvin, qui l’accuse de « vilainement pervertir » ce passage. Calvin refuse l’oisiveté pieuse ou la paresse sacrée qui tente constamment les spirituels, et qu’ils baptisent souvent de beaux noms (dévotion, adoration, méditation, contemplation, prière intense, etc.). Le Réformateur me paraît avoir raison. Certes, notre histoire souligne bien que nous ne devons pas négliger le spirituel, qu'il nous faut nous en occuper et le cultiver. Mais d'une part, le plus souvent, nous n'avons guère le choix ; nous ne pouvons pas laisser nos occupations de côté pour aller faire des retraites spirituelles. D'autre part, et Calvin le souligne fortement, il ne faut pas opposer le matériel et le religieux. Notre spiritualité doit s'exercer et se manifester dans notre métier, dans notre famille, dans notre bureau, notre atelier, notre champ ou notre cuisine, et non pas ailleurs, au dehors et en marge de nos activités quotidiennes.

2

Au dix-neuvième siècle, à l'époque romantique très attentive à la psychologie des personnages, à leur sensibilité, à leurs traits dominants, on propose une deuxième interprétation de notre texte. Elle voit dans Marthe et Marie deux caractères différents. Marthe personnifierait ces gens toujours au travail, toujours à la tâche, toujours en mouvement, débordant d’activités et ne restant jamais une minute sans rien faire. Marie représenterait, au contraire, les doux, les contemplatifs, les méditatifs qui se bougent et entreprennent moins, mais qui ont une vie intérieure plus riche.

Les sermons de cette époque développent volontiers ces thèmes dans des portraits contrastés qui ne manquent parfois pas de saveur, de l'actif et du rêveur, de l'énergique et du mystique, voire de l'ingénieur et de l'artiste, ou encore de la cuisinière et de la muse. On a parfois poussé le trait jusqu’à faire de Marthe l’image de l’agitation occidentale et de Marie celle de l’indolence orientale, selon les clichés d’une époque maintenant révolue.

Aller en ce sens conduit à une impasse. En effet comment Jésus pourrait-il dire dans ce cas à Marie qu'elle a choisi la bonne part ? On ne décide pas vraiment de son tempérament, de son caractère, ou de ses goûts ; ils nous sont donnés et nous constituent. Et au nom de quoi Jésus établirait-il une hiérarchie entre les deux sœurs ? Dans cette perspective, elles apparaissent plutôt complémentaires, aussi nécessaires l’une que l’autre. Il faut des Marthe et il faut des Marie, me répétait ma mère avec une assurance et une conviction telles que je n'ai jamais osé lui faire remarquer que ce n'était pas précisément ce que le texte disait. Tous les pasteurs ont entendu des dizaines de fois des formules de ce genre, même après avoir longuement expliqué que ce n’est pas du tout de cela qu’il s’agit dans cette histoire. Ce qu’on a inculqué à nos parents et qu’ils nous ont répétés imprègne encore tellement nos esprits que nous avons de la peine à nous en détacher. Le théologien que je suis a appris qu’il faut beaucoup d’explications et d’efforts pour ébranler un tout petit peu des idées reçues, même quand elles sont indéfendables.

Il est, en tout cas, impossible de dresser le portrait psychologique de deux sœurs à partir des rares indications que nous donne le Nouveau Testament, et ce n’est pas du tout cela qui intéresse les évangiles. Cette deuxième interprétation relève du roman plutôt que d'une étude sérieuse de notre récit.

3

Il y a une quarantaine d'années, des américains, ou plus exactement des américaines, ont proposé une troisième explication de notre texte qui, à la différence des précédentes, ne manque pas de pertinence. Elle rappelle que dans l'Antiquité, et jusqu'à une époque récente, on ne traitait pas les femmes en êtres humains à part entière, au même titre ou au même niveau que les hommes, à égalité avec leurs pères, leurs frères ou leur mari. On les estimait faites pour les fonctions subalternes et pour le service des hommes à qui seuls étaient confiées les occupations qu’on estimait nobles. En particulier, en religion, les femmes devaient se contenter des tâches considérées comme inférieures (balayer le temple, oui, bien sûr, mais prêcher ou présider un conseil presbytéral surtout pas – je ne suis pas sûr que balayer soit inférieur à prêcher ; j’ai le sentiment que c’est en tout cas beaucoup plus efficace). Quelques passages du Nouveau Testament, en particulier de Luc, réagissent contre ce dédain des femmes, en montrant qu'elles jouent un rôle important à des moments décisifs ; par exemple, les premières, elles sont témoins et messagères de la résurrection du Christ.

Notre texte s'inscrit dans cette ligne : s'asseoir aux pieds de Jésus, l'écouter, voilà qui définit la place et l'attitude du disciple modèle, idéal, exemplaire. La conduite de Marie approuvée par Jésus montre que cette situation n'est pas un monopole masculin. Elle n'est pas réservée à des hommes. Des femmes, peuvent aussi la prendre. Elles n'en sont pas indignes ou exclues. Les chrétiens doivent le savoir, et en tenir compte (en n’interdisant pas, par exemple, aux femmes d'exercer certains ministères, comme cela se fait encore dans beaucoup d’églises).

Le Nouveau Testament se montre, effectivement, attentif à la dignité des femmes, comme à celle des enfants, des esclaves, des pauvres, des samaritains, des péagers, bref, de tous ceux que la société et la culture de l'époque méprisaient, marginalisaient ou déconsidéraient. Que Marthe et Marie apparaissent dans les évangiles presque aussi proches de Jésus qu'un Pierre ou qu'un Jean, et plus près de lui que la plupart des Douze mérite qu'on le souligne fortement. Toutefois, même s'il s'agit bien d'un aspect très important de ce texte, je ne pense pas que ce soit sa seule signification ni son enseignement principal. Il me semble qu'il dit autre chose.

4

Comment donc le comprendre ? Je pense, pour ma part, qu'il concerne essentiellement l'Église et sa manière de vivre. Comme la plupart des récits du Nouveau Testament, il a pour objectif de répondre aux préoccupations et aux problèmes des premières communautés chrétiennes. Or, après la mort, la résurrection et l'ascension de Jésus, elles se posent deux grandes questions. D'abord, comment rester en contact et demeurer en communion avec le Christ ? Ensuite, de quelle manière, désormais, le Christ va-t-il être présent parmi ceux qui croient en lui ? Marthe et Marie me semblent représenter les deux options différentes qui se présentent aux chrétiens. L'une amorce le chemin qui conduira au catholicisme, l'autre préfigure la manière protestante de comprendre et de vivre l'évangile.

Première question : comment entrer et demeurer en communion avec le Christ ? Marthe pense y arriver en s'activant, en agissant ; elle est persuadée qu'elle se conforme à la volonté de Jésus et qu’il va l'en féliciter. Dans la même ligne, le catholicisme du Moyen Âge insiste sur les œuvres, sur les actes de piété et de charité ; il invite les fidèles à se rendre agréables à Dieu et à gagner leur salut par leurs mérites. Pour Marie, au contraire, être en communion avec Jésus signifie l'écouter, accueillir et recueillir ce qu'il donne, s'en remettre à lui, et ne pas compter sur soi, ni sur ses réalisations. De même, la Réforme, à la suite de l'apôtre Paul, proclame que nous sommes sauvés non pas par nos forces ou notre valeur, non pas par ce que nous accomplissons, mais par la foi, par ce que nous apporte Jésus, par ce que nous recevons de lui. Il ne s'agit pas, d'abord, de faire quelque chose, mais, avant tout, de se laisser transformer par la Parole de Dieu. Marthe et Marie, c'est toute la différence entre le salut par les oeuvres et la justification par grâce.

Deuxième question : comment Jésus se trouve-t-il aujourd'hui présent parmi les siens ? Notre texte répond qu'il l'est par sa parole et non par un repas, autrement dit par la prédication non par la Cène, par l’accueil et le recueil de son enseignement non par des rites ni par du pain, du vin ou de l'eau même consacrés. Marthe et Marie me semblent incarner deux tendances : d'une part, celle qui cherche la personne du Christ principalement dans les repas sacramentels que célèbrent les croyants ; d'autre part, celle qui bâtit la foi essentiellement sur la Parole proclamée, expliquée et reçue. À l'écoute de Marie, correspond l'insistance de la Réforme sur la Bible lue, méditée et prêchée comme fondement de la vie chrétienne. Religion du sacrement, de la répétition de gestes cérémoniels consacrés, ou religion de la Parole, de l’écoute intelligente d’un message, nous sommes toujours placés devant cette alternative, que ce soit au temps du Nouveau Testament à celui de la Réforme ou aujourd'hui.

5

Ce sont les grands principes de la Réforme que, en ce qui me concerne, je découvre dans notre texte. Je termine par trois remarques destinées à éviter tout malentendu.

Premièrement, Nouveau Testament ne rejette ni les œuvres, ni les sacrements. Il les met seulement à une place seconde et subordonnée. La grâce et l'écoute viennent en premier, elles font naître et se développer la vie chrétienne. Ensuite arrivent l'action et la célébration ; il ne s'agit pas de les mépriser et de les négliger, mais d'y voir des conséquences et non le fondement de la foi, d’éviter de les surestimer (c’est pourquoi nous ne célébrons pas la cène tous les dimanche et c’est bien).

Deuxièmement, les frontières ne se situent pas forcément entre les églises, mais à l'intérieur de chacune d'elles et aussi de chacun de nous. On trouve des Marthe attachées aux œuvres et aux sacrements dans le protestantisme et aussi au fond de notre coeur. Il existe des Marie centrées sur le don de Dieu et sur la Parole dans le catholicisme et aussi en nous, dans notre intériorité.

Troisièmement, Jésus ne rejette pas Marthe. Il ne l'exclut pas de son cercle, il ne la chasse pas ni ne la renvoie. Choisir la mauvaise part, ce n’est pas rien recevoir, n’avoir aucune part. Jésus l’invite seulement à changer, à prendre une option différente. Notre texte ne nous autorise nullement à proclamer la fidélité des uns et à dénoncer ou condamner les autres ; nous n'avons pas à juger et à classer les églises et les gens en leur apposant l'étiquette « Marthe » ou « Marie ». Nous sommes appelés, les uns et les autres, à accueillir le don de Dieu, à écouter l’évangile, à choisir la bonne part, non pas pour nous la réserver, mais pour la partager avec tous.

André Gounelle

 

feuille

 

André Gounelle

Professeur émérite de la faculté de théologie protestante de Montpellier

Webmaster : Marc Pernot